Après dimanche… c’est lundi !

Hier dimanche Marathon – le deuxième de France après Paris –  en simple, en double, les garçons, les filles, les handicapés sur leur roulettes !! impressionnant de voir s’ébranler toutes ces jambes  qui ont du mal à trouver leur cadence en ce début de course, stationnés sur le quai Duperré, mais pressés de faire travailler leurs muscles refroidis par une température hivernal ventée. Mon gendre Jérôme était de la partie et s’il n’était pas parmi les meilleurs, il a honorablement fait son parcours et reçu sa médaille à l’arrivée. Dans cette discipline, comme dans d’autres,   il y a les pro et ceux dont la profession n’est pas de fouler quotidiennement le « macadam ». Comme disait Coubertin, l’essentiel c’est de participer, et même si c’est une devise dépassée dans l’univers Olympique, elle reste une belle devise !

Je sors de chimio, comme trois lundi sur quatre. J’avais pas droit au lit aujourd’hui… seulement un fauteuil et j’aime pas. J’en fais une obsession, sans pouvoir dire pourquoi… Ca se passe à l’intérieur de moi. Alors faiblesse spontanée… je pleure, comme si ça pouvait changer les choses, alors que la séance chimio se passe très bien.  Attentifs, l’interne, l’oncologue Claire Jamet, m’ont demandé pourquoi je pleurais. Inexplicable. Il faut sans doute avoir une ou plusieurs raisons concrètes. Dans cette situation, l’état moral n’a rien de concret… c’est parfois le désordre de l’esprit qui s’installe provisoirement dans ce cadre médical, dont l’environnement humain des malades me saute aux yeux. Ma binôme du jour, installée sur le lit, m’a paru très vieille et toute ridée. J’aime mieux les plus jeunes, dont le visage est agréable à regarder et parce que je peux leur remonter le moral…..

Samedi prochain c’est l’AG du Yacht Club Classique dont j’ai pris la décision, bien avant d’être malade, de quitter le Comité et le Bureau dont je fais partie depuis l’origine et je dois évoquer brièvement cette période, C’est un bout de ma vie qui s’achève, comme beaucoup d’autres mis bout à bout, peuvent faire une belle histoire sur des engagements aussi variés que la création de l’école d’Optimist, en 1970; , la création d’un orchestre symphonique de 65 jeunes musiciens (JOSCO) en 1980; le Comité Olympique où j’ai siégé pendant 12 ans ;la CPCA regroupant 27.000 associations régionales, pendant 10 ans; Arbitre Nationale de Voile pendant presque 30 ans;  les clubs de voile auxquels j’ai simplement contribué ou présidé et actuellement les Prud’hommes où je suis juge depuis 5 ans. C’est un grand bout de ma vie dont, finalement je suis assez fière. 

Demain sera un autre jour….

 

Publicités

9 réflexions au sujet de « Après dimanche… c’est lundi ! »

  1. Annie Trénit

    Claude, ma belle amie,
    Laisses couler ses larmes qui ne sont que ton attachement et ton amour de la mer.
    C’est une communion avec elle.
    La mer est descendante, mais le coefficient n’est pas trop fort… en attendant la marée haute, laissons ces vagues nous lécher, le soleil levant et le vent revigorant nous caresser. Fermons les yeux et humons cette odeur inoubliable d’iode, même la banche calcaire du pertuis nous taraude de son empreinte.
    Quel bonheur de profiter de ce moment présent.
    Tiens! le ressac et les nuages nous annoncent une nouvelle ondée
    Et, maintenant le ciel est pur, quelle visibilité à l’horizon.
    Coup de tabac, beau temps,
    Vie de marin

    Répondre
    1. Sylvain Berthommé

      Claude,
      Je ne sais pas si je pourrais te réconforter par des mots maladroits qui essayent de traduire ce que
      l’on pense à travers des images aditionnées, des sentiments profonds ou de ces souvenirs d’énergies
      vitales qui ont bouleversé nos quotidiens, mais une chose est sûre c’est que nous avons un réel plaisir
      à te lire et que c’est toi qui nous apportent du bonheur.
      Décidement les marins n’aiment pas les crabes et tu lui en fait bien baver avec cette chimio. Quand il en aura marre
      il s’en ira et nous nous ferons la fête au printemps tous ensemble.
      Je t’embrasse

      Répondre
  2. Cat

    Les larmes qui d un seul coup se mettent a couler , la raison qui laisse passer l émotion, des digues qui ne retiennent plus rien.. Et zut , ça fait du bien ! Stop au freak contrôl … Et même si ça ne résoud rien, pleurer des rivières comme disait l’autre … Belle dame, nous ne sommes que des âmes pleines d humanité, alors oui à la compassion .

    Répondre
    1. claudeharle Auteur de l’article

      toi, Annie, vous êtes plus poètes que moi et ce que vous dites me touche. Je vais bien dormir en attendant de vous voir Catherine et Annie !

      Répondre
  3. Martine et Alain Weinachter

    Hello Claude, ton marathon de femme affairée se termine. Tu as tenu tant d’engagements ! Il te reste à nous faire une belle et longue course de fond en pensant d’abord à toi, en laissant les autres s’énerver à ta place, en regardant tout ça avec philosophie… et en prenant le temps de laisser quelques embruns salés s’échapper de tes yeux clairs. Profite des tiens, de ta maison, de tous ceux qui veulent te chouchouter. Oublie les cons, les calculateurs, les indifférents, les manipulateurs, les faux-culs !
    Nous t’embrassons bien fort

    Répondre
      1. bigotte

        J’espère que tu a le sommeil lourd des gens qui naviguent. C’est une parenthese necessaire. Tiens bon l’écoute le distribil n’est pas encore la
        Affection
        Agnes et françois

    1. claudeharle Auteur de l’article

      que du bonheur de te lire aussi
      je t’envoie une invitation pour le vendredi 6 au soir sur le stand Muscadet
      vous pouvez pas manquer ça !
      bisous à tous deux
      Claude et son crabe!!!!

      Répondre
  4. rode

    je pense a toi, du fond du port de pont aven ………là ou nous avons casser la croûte sur ton bateau…..
    bises de liliane et roger

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s